Rencontre Lydie Salvayre...impressions d'élèves

Des nouvelles de la rencontre avec l'auteure le vendredi 11 octobre 2019... par Enzo

 

"Nous sommes entrés dans la salle, nous nous sommes assis et quelques minutes après, l’auteur est arrivée, toute souriante et enthousiaste à l’idée de discuter de son livre avec des jeunes lycéens.

Plusieurs questions, voire même beaucoup lui ont été posées sur son livre et sa vie. Lydie Salvayre a, malgré tout, peu parlé de son livre.De plus, elle nous a expliqué qu’en ce moment, elle n’écrivait plus, et qu’elle préférait se reposer et attendre que l’inspiration lui vienne. L’inspiration peut d’ailleurs  lui venir de n’importe où. Le déclencheur peut être une phrase dans un café, dans la rue, et plus globalement dans la vie de tous les jours. Elle s'amuse à noter ces instantanés puis les glisse dans un de ses bouquins.

Ensuite, elle a ensuite indiqué, pour ce qui est de Pas pleurer que Bernanos l’avait beaucoup inspirée ; elle aime cet auteur car il évoque avec honnêteté ce qu'il s'est passé durant la « guerra civil espagñola ».

 

Par ailleurs, elle nous a aussi dit pourquoi elle parlait de sa mère dans son livre. C’est tout simplement car elle "préfère parler de gens qui sont petits, comme ma mère, plutôt que des gens connus”, ce qui permet aussi de mettre en valeur les petites gens. Pour finir sur le livre, et c’est selon moi le plus important : “ Pourquoi le titre Pas pleurer ?” Pour  elle, pas pleurer signifiait aller de l’avant et qui plus est, cette phrase, qu'elle avait lue dans une oeuvre de  Marina Switayeva, lui avait plu car elle montre ce qu'il faut de courage pour vivre.

Elle nous a aussi raconté, et c’est le plus bouleversant, qu'elle a longtemps cru que son père était très autoritaire avec elle mais la vérité, c’est qu’il avait une maladie psychique et quand elle a appris cette nouvelle ça l’a profondément touchée.

 

En conclusion, cette rencontre nous a permis d’en apprendre plus sur un livre et son auteur et c’était fort intéressant. 

 

Voici selon moi les 2 phrases marquantes de cette interview: 

1- « Ma plus grande réussite était d’apprendre que j’étais mortelle. »

2- « Une difficulté qui se surmonte ça devient une force.» "

 

 RUGGI Enzo, 1G2

Tags: